A la découverte de toutes leurs caves ouvertes

Plusieurs centaines de visiteurs se sont pressées, ce dimanche 17 avril auprès de vignerons qui mettent d’abord en avant leur groupe.

caves ouvertes 2016

 

À l’origine, la manifestation était seulement une dégustation, discussion, sans vente. O. L. N.

Son Montpeyroux est « un assemblage de grenache, mourvèdre, syrah et carignan« , explique Amélie d’Hurlaborde, montrant la bouteille et servant de son autre main « un 100 % terroir en IGP. C’est un cépage typique du Languedoc, comme peut l’être le carignan pour les rouges« , ajoute encore la jeune femme à un interlocuteur au verre tendu.
La vigneronne est tout à la fois au four et au moulin, dans la petite cave de la rue du Plô, où elle présente son travail.

Dimanche, toute la journée, il en a été ainsi, à Montpeyroux, des vingt vignerons de la commune en cave particulière et de Castelbarry, la coopérative d’un village tout entier à son terroir.
Une évidence pour Amélie, née Carceller d’une famille de viticulteurs, qui, après sept années partagées entre le marketing et 2,5 ha de carignan vieux de 80 ans, a basculé en 2014 vers le seul vin.
« Préparer cette fête » , puis être là, face aux visiteurs,  » ce n’est pas chercher quelque chose pour moi, souligne-t-elle, c’est faire partie d’une unité, le cru, le défendre et le mettre en avant. »

60 % des bouteilles exportées

C’est ainsi que François Boudou, le président de Castelbarry, Sylvain Fadat, du domaine Aupilhac, et quelques autres, avaient, il y a dix-sept ans, pensé Toutes caves ouvertes, dont c’était la 11e édition, ce dimanche.
D’ailleurs, rappelle le premier nommé, « on ne vendait pas de vin, à l’origine. On ne l’a fait que parce que les gens étaient déçus de ne pas repartir avec ce qu’ils avaient dégusté et leur avait plu.
On voulait faire connaître, partager la démarche et se confronter au consommateur. »

« Plus on s’ouvre, se confronte, plus on avance »

Si 60 % des bouteilles de Montpeyroux, aujourd’hui, sont consommées à l’étranger, si la renommée de la dénomination est faite, « l’état d’esprit a perduré, observe Sylvain Fadat. Plus on s’ouvre, se confronte, plus on avance. »
Alain Chabanon, un autre vigneron, ne pense pas différemment :  » C’est le groupe qui justifie ma présence, le cru. Qu’il y ait dans un village de cette taille vingt caves particulières est surréaliste !
Le succès des vignerons a permis d’avoir un boucher, des restaurants, etc. Ce n’est qu’un début, je crois. »

« 100 % de la zone où l’on peut produire du Montpeyroux produit du Montpeyroux et 100 % du Montpeyroux est vendu en bouteille » , rapporte François Boudou.
Mais, régulièrement, la commune enregistre l’installation de viticulteurs. « Il y a de la place, estime Alain Chabanon. Montpeyroux rayonne aussi parce qu’on est nombreux. »
Parce qu’il propose  » une palette étendue de vins » , ajoute Éric, un visiteur du jour, parce que sa fête

 « simple et joyeuse, à l’opposé du sérieux par lequel certains abordent le vin, le démystifie. On peut y venir vêtu en Goofy ! » , sourit Doug Paulding, le New-Yorkais.

OLLIVIER LE NY Midi Libbre du 18-04-2016

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Oliver Collins dit :

    21 vignerons font « Toutes Caves Ouvertes » dimanche 17 avril 2016 de 10H a 18H
    Venez déguster les vins de Montpeyroux.
    Le village est en fête avec musique, gastronomie locale, balades vigneronnes, jeux pour enfants
    et bien sûr « Les Grapillettes », seule et unique consoeurie vigneronne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *