Musique en vigne

Le festival de musique classique  « Musique en vignes »

est organisé par Conrad Wilkinson

 du 3 au 7 juillet à l’église de Barry

musique en vigne

4 concerts auront lieu dans l’église du village pour lesquels on été invité des musiciens de renom habitant notre région:

  • Cyrille Tricoire (violoncelle),
  • Ulrike Van Cotthem (soprano)
  • Duo Allegria (avec Marie-Marguerite Cano, harpe et Dorothée Fontcouberte, violon).
  • Conrad Wilkinson sera au piano.

Durant tout le festival, l’artiste-peintre Rebecca Holtom exposera ses tableaux dans l’église.

 —————-

Concerts 3, 4, 5 et 7 juillet à 21h

Eglise du Barry, Montpeyroux

Entrée 12€, gratuit  moins de 18 ans

Infos et réservations – 06 09 28 59 73 ou piano@conradwilkinson.com

 

Programme :

  • 3 juillet

20h  – Vernissage des peintures de Rebecca Holtom

21h –  Concert avec Conrad Wilkinson, piano

« Le piano romantique »

Chaconne – J.S.Bach / F.Busoni

Sonate Op 110 – Ludwig van Beethoven

Deux Légendes – Franz Liszt

inconnu.jpg

Beaucoup de compositeurs ont été inspirés par la Chaconne de Bach, surtout par son mouvement final en ré mineur, et l’ont adapté à leurs instruments. L’arrangement le plus connu est probablement celui-ci fait par Ferruccio Busoni.

Cette avant dernière sonate de Beethoven est une composition d’une grande profondeur. Sa fugue finale est un parfait exemple de l’art suprême du clavier. Subtile et belle, cette sonate exprime probablement que Beethoven accepte son propre sort, de passer de l’abîme profond à la lumière éclatante.

Dans sa première légende, Liszt peint une image de St François d’Assise qui prêche aux oiseaux bruyants. Aucun être humain ne pourrait survivre à la tempête de mer violente dont parle la deuxième légende…  

  • 4 juillet

21h – Concert avec le « Duo Allegria » – violon et harpe

« Hommage à Debussy, Ravel et Piazzolla »

La fille aux cheveux de lin – En bateau – Clair de lune – Arabesque – Debussy

Ma mère l’oye – Ravel

Bordel – Café – Nightclub – Oblivion- Libertango – Piazzolla  

 avec diaporama

inconnu.jpg

 

Claire de lune de Debussy… Libertango de Piazolla… des mélodies que nous avons tous déjà entendues, mais certainement pas dans cette formation insolite: harpe et violon. 

Les deux musiciennes, Marie-Marguerite CANO à la harpe et Dorothée OUDINOT-FONTCOUBERTE au violon, nous emmènent d’abord dans l’univers de la musique impressionniste, puis nous font voyager en Argentine – et cela non seulement par la musique, mais aussi par des textes de l’époque qui ont inspirés ces compositions ainsi que par la projection d’images sous forme de diaporama durant le concert.

  • 5 juillet

  21h – Concert avec Ulrike Van Cotthem, soprano et Conrad Wilkinson, piano

« Lettres d’amour »

de Robert et Clara Schumann

« La musique et l’amour étaient une seule et même chose… »

inconnu.jpg

C’est à l’âge de 17 ans que Robert Schumann fit la connaissance de Clara Wieck, enfant prodige du piano, elle âgée de 9 ans. Ils jouaient ensemble à quatre mains, il improvisait pour elle. Leur amitié passionnée se transmua en un amour lorsque Clara eut 16 ans. Son père, Friedrich Wieck, professeur de piano de Robert, s’opposa vigoureusement à cet amour.

Les amoureux sont séparés de force, mais communiquent par le biais de messages musicaux dans les concerts de Clara.

Après trois années de souffrance et de clandestinité, ils passèrent outre le refus paternel et se marièrent le 15 septembre 1840 en exécution d’une décision judiciaire.

Ulrike Van Cotthem et Conrad Wilkinson nous font revivre cette période des premières rencontres insouciantes jusqu’au mariage.

Vous allez non seulement découvrir des musiques d’une beauté extraordinaire mais aussi des extraits de lettres que Robert et Clara se sont échangées. 

  • 7 juillet

 21h – Concert avec Cyrille Tricoire, violoncelle et Conrad Wilkinson, piano 

« L’esprit de jeunesse… »

Sonate Op. 6 Allegro con brio, Andante ma non troppo, Finale: Allegro vivo – Richard Strauss 

Sonate Op. 4 Fantasia: Adagio molto, Allegro con spirito – Zoltan Kodaly

Sept variations sur « Bei Männern, welche Liebe fühlen » WoO 46 – Ludwig van Beethoven 

inconnu_1.jpg

A l’âge de 31 an, Beethoven était apparemment amoureux d’une femme lorsqu’il écrivit ses variation sur le thème « Bei Männern, welche Liebe fühlen – Lorsque les hommes ressentent de l’amour » de la Flûte Enchantée de Mozart. Les variations expriment de l’humour, de la mélancolie et de la détermination.

Zoltan Kodaly, 28 ans, remercia Beethoven de lui avoir donné l’inspiration pour certaines parties de sa sonate. Pourtant les harmonies évoquent plutôt l’impressionnisme de Debussy et les rythmes sont très certainement inspirés par des danses hongroises folkloriques.

Richard Strauss, lui aussi, se trouvait dans une nouvelle histoire d’amour lorsqu’il composa sa sonate pour violoncelle à l’âge de 19 ans. Cette sonate pétille d’idées – mélodies, canons, fugues et …. joie !

Dans les trois œuvres, piano et violoncelle sont tous les deux « solistes » à part entière.

Conrad Wilkinson https://www.pahaska-production.com/conrad-wilkinson

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.